3
17
Nov

UN RIEN NOUS FAIT CHANTER

 Après le succès d’Avignon, « UN RIEN NOUS FAIT CHANTER » bientôt en tournée dans toute la France.

Affiche Avignon 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOUS LES JOURS
DU 5 AU 27 JUILLET 2014
à l’ESPACE ROSEAU
8 rue Pétramale
84000 AVIGNON
 
 
 

NOTRE BANDE ANNONCE ICI

 

Un quatuor vocal remarquable nous offre ce spectacle réjouissant, plein d’humour et de poésie.

  • Arielle Bailleux : ( mezzo)
  • Marion Taran : ( soprane)
  • Clément Gustave :  ( baryton)
  • Lionel Losada :  (ténor, pianiste)

 

Mise en scène de Nicolas Lormeau, de la Comédie Française et Clarisse Burnand

Chargée de diffusion : Stéphanie Gamarra 06.11.09.90.50   Site Internet

 

LA PRESSE EN PARLE:

Quatre comédiens-musiciens nous régalent avec talent à travers un répertoire populaire et une mise en scène légère, remplie de trouvailles.  A ne pas manquer !   Politis

Tels des papillons au-dessus d’une haute flamme, les quatre artistes se bousculent, courent à tu et à toi après les gammes, après les notes, comme s’ils étaient pourchassés par le bonheur, celui de chanter en solo ou en choeur quelques chansons de pluie, de soleil, et d’amour.Le public est sous le charme, radieux, il applaudit de tout coeur au joli tableau que forme la Compagnie La Dame del’Aube en réveillant pour lui une plurielle de couleurs musicales, le savions-nous, suspendues au-dessus de nos têtes. Il pleut et il soleille en chansons en ce moment au Théâtre de l’AKTEON, parapluies et ombrelles exigés !                              Le MONDE

Le fil conducteur de ce spectacle à sauts et à gambades polyphoniques ? La poésie et la fantaisie qui autorisent les quatre chanteurs et chanteuses de la compagnie La Dame de l’aube à passer de Baudelaire à Brassens, en mariant « la passante » du premier aux « passantes » du second.Autre glissade réussie, de Trenet à Offenbach, dont « le trio du jambon de Bayonne » est interprété d’appétissante façon. Dans cette surprenante ballade chantée, Maël Monfort jeune ténor et multi-instrumentiste,accompagne ses trois complices avec un brio très rigolo.                                                                                                                                 Le Canard enchainé

Derrière une apparence classique et l’air de ne pas y toucher, ils dissimulent en fait des trésors de loufoquerie plutôt bien exploités par Nicolas Lormeau à la mise en scène.Un spectacle dont on ressort tout simplement léger et de bonne humeur. Que demander de plus ?                                                                                                                                                      Froggy’s delight

Dans un décor de rouge vêtu, avec grande portée musicale où sont accrochés divers accessoires,chaises et pupitres, ils vont évoluer avec fantaisie et un grand professionnalisme sur une mise en scène dynamique signée Nicolas Lormeau, pour le plus grand plaisir d’un public charmé.                                                                                      Reg’arts

Le répertoire est composé de chansons populaires, traitées avec beaucoup d’humour dans les chorégraphies et les mimiques des quatre chanteurs. Les reprises se suivent, quelques fois s’enchaînent en suivant un même thème, mais la plupart semblent passer du coq à l’âne sans vraiment d’histoire : un rien les fait chanter ! Un fil conducteur qui suit simplement l’envie de reprendre une chanson, une idée passant par la tête du pianiste qui dirige, tant bien que mal et avec exigence, les trois chanteurs aux caractères bien trempés qui n’en font qu’à leur tête.Dans le quatuor on retrouve des timbres et tessitures biens différents Ces voix se mêlent en canon sans s’emmêler, sur des reprises, entre autres, de Maxime Le Forestier et de « Hijo de la luna ». On assiste aussi à un méli-mélo devant lequel les oreilles, les yeux et le cerveau ne savent plus qui écouter, qui regarder, mais dans lequel on se laisse aller à admirer le travail accompli par la troupe pour mettre au point une telle chanson.                                            Musical avenue .fr

 

NOTE DU METTEUR EN SCENE :

Un peu « à la manière » des Frères Jacques, ce quatuor vocal vous fait voyager en chansons dans un univers poétique et humoristique.
De l’art culinaire aux beaux-arts, ils touchent tous vos sens, en passant par l’émotion et le rire, et surtout le plaisir de la chanson polyphonique…

Un rien nous fait chanter !

Il eut mieux valu dire : « ces petits riens » les font chanter !

Ces petits riens qui s’appellent émotion, douceur, et yeux bleus Chez Arielle Bailleux ;
que l’on nomme regard, sourire, engagement chez Marion Taran ;
qu’on a vus rêverie, jeunesse, pas grave avec Clément Gustave
et qui sont lunaires, humour, accords dans les mains de Maël Monfort !

Ces quatre là chantent la vie ; la leur et la nôtre.
Ces quatre là content des histoires : des inventées et des pas vraies qui sont pourtant nos souvenirs.
Ces quatre là pour nos voyages. Ces quatre là pour un sourire. Pour une note. Pour une chanson sitôt chantée sitôt enfuie.
Pour un rien. Ce rien, vous savez bien, qui fait toute la diffrence. Ce rien qui nous fera chanter.Tout le reste n’est rien c’est pour ça que ça compte.

Nicolas Lormeau.

 

 

Répertoire :Charles Trénet , Prévert, Les Frères Jacques, Maxime Le Forestier, TSF,
Chanson Plus bifluoré, Gainsbourg etc…

LISTE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS DES CHANSONS DU SPECTACLE : « UN RIEN NOUS FAIT CHANTER ».

  • –  Les boites à musique, paroles de Francis Blanche et Marc Cab, musique de Guy Lafarge et Pierre Philippe.
  • –  La queue du chat, paroles et musique de Robert Marcy.
  • –  La lune est morte, paroles de Jacques Mareuil, musique de Georges Liferman
  • –  La truite de Schubert, paroles de Francis Blanche.
  • –  Papa peint dans les bois, paroles et musique de Charles Trenet.
  • –  La petite fugue Maxime Le Forestier
  • –  La peinture à carreaux Chanson + bifluoré
  • –  La chasse aux regards TSF
  • –  Un rien me fait chanter, paroles et musique de Charles Trenet.
  • –  La chanson de la Seine, texte Jacques Prévert.
  • –  La recette de l’amour fou, paroles et musique de Serge Gainsbourg.
  • –  Les passantes, paroles et musique de Georges Brassens.
  • –  A une passante, texte de Baudelaire.
  • –  Les femmes au parapluie, paroles M.F. Gros, musique de S. Richardot.
  • –  Hijo de la luna, paroles et musique de Jose Mario Cano.
  • –  Cavacava,TSF
  • –  Meli melo, traditionnel
  • –  Boum, paroles et musique de Charles Trenet.
  • –  Le trio du jambon de Bayonne, paroles et musique de Jacques Offenbach.

 

Fiche technique :

Durée du spectacle : 1 heure 10 environ
Installation décor et préparation 30 mn avant minimum
Un piano ( piano numérique accepté, voire apporté par la compagnie )
4 micros H.F. ( qui peuvent être fournis par la compagnie )
Une sono avec console de son pour 4 entrées micros + une entrée pour le piano.
Projecteurs en fonction de la taille de la salle. (Plan de feux fourni dans un deuxième temps)

 

 

 

UN RIEN NOUS A FAIT CHANTER EN 2013 :


au Théâtre de l’AKTEON

tous les samedis et dimanches à 18h

du samedi 17 novembre 2012 au dimanche 3 février 2013

 

 

 

 

Lien vidéo bande-annonce: http://www.youtube.com/watch?v=SyTiBle-9Mk&feature=plcp

 

 

 

Critiques et Impressions :

Le titre du spectacle rappelle la chanson de Charles Trenet « Un rien me fait chanter », et pour cause : le quatuor vocal Polysong reprend principalement des chansons aux textes poétiques et contemporaines à cet artiste.

Le répertoire est composé de chansons populaires, traitées avec beaucoup d’humour dans les chorégraphies et les mimiques des quatre chanteurs. Les reprises se suivent, quelques fois s’enchaînent en suivant un même thème, mais la plupart semblent passer du coq à l’âne sans vraiment d’histoire : un rien les fait chanter !
Un fil conducteur qui suit simplement l’envie de reprendre une chanson, une idée passant par la tête du pianiste qui dirige, tant bien que mal et avec exigence, les trois chanteurs aux caractères bien trempés qui n’en font qu’à leur tête.

Dans le quatuor on retrouve des timbres et tessitures biens différents : Arielle Bailleux et sa voix mezzo, Marion Taran la soprano, Clément Gustave le baryton et Maël Monfort le ténor (et pianiste). Ces voix se mêlent en canon sans s’emmêler, sur des reprises, entre autres, de Maxime Le Forestier et de « Hijo de la luna ». On assiste aussi à un méli-mélo devant lequel les oreilles, les yeux et le cerveau ne savent plus qui écouter, qui regarder, mais dans lequel on se laisse aller à admirer le travail accompli par la troupe pour mettre au point une telle chanson.                                  Un peu plus d’une heure de chansons, méconnues par les nouvelles générations, et d’humour pour notre plus grand plaisir.

Musical avenue .fr  ( février 2012)

Spectacle musical mis en scène par Nicolas Lormeau et interprété par Arielle Bailleux, Marion Taran, Clément Gustave et Maël Monfort.

Sur les lignes d’une immense portée rouge en fond de scène, sont accrochés instruments et accessoires. Juste devant, des chaises, rouges également et un piano à droite. Les quatre chanteurs-musiciens de l’Ensemble Polysong peuvent rentrer en jeu.

Arielle Bailleux (mezzo), Marion Taran (soprane), Clément Gustave (baryton) et Maël Monfort (ténor) forment ce quatuor polyphonique qui allie un sens de l’humour certain et une aisance vocale dans quasiment tous les registres, de Trenet à Gainsbourg et passant par les Frères Jacques…

Derrière une apparence classique et l’air de ne pas y toucher, ils dissimulent en fait des trésors de loufoquerie plutôt bien exploités par Nicolas Lormeau à la mise en scène.    

Si on excepte les textes de liaisons parfois un peu trop convenus, le quatuor occupe bien la scène et livre une prestation efficace et attachante. Sans jamais se prendre au sérieux, les quatre joyeux drilles emmenés par un Maël Monfort au piano, facétieux et lunaire, nous offrent une sympathique balade en chansons avec de beaux morceaux de bravoure comme le Jambon de Bayonne ou les passantes de Baudelaire et Brassens mêlées et dites avec beaucoup d’émotion par Clément Gustave.                                                                                                                              

Un spectacle dont on ressort tout simplement léger et de bonne humeur. Que demander de plus ?

Nicolas Arnstam ( de Froggy’s delight, le site web qui frappe toujours 3 coups) ( février 2012)

 

Le quatuor vocal enthousiasme le Mas
« Enfin la preuve que la poésie peut faire bon ménage avec l’humour, pour cela il faut venir écouter et voir le quatuor vocal dans son spectacle « un rien nous fait chanter »

Nous pouvons ajouter que là tout nous fait vibrer. Les frères Jacques ne sont pas loin, les swingers singers semblent revivre. Les voix unies des quatre complices deviennent une symphonie au service de textes de Charles Trenet, Baudelaire, Gainsbourg et autres auteurs compositeurs.

La mise en scène contribue à démultiplier l’émotion. Les paroles de Francis Blanche dans la « Truite » de Schubert y trouvent tout leur sens, celles de « la recette de l’amour fou » pimentent avantageusement le récital. Voilà une réalisation superbe qui fait honneur à l’art du spectacle vivant. »

La république de Seine et Marne Janvier 2011 

Un rien les a fait chanter
Pour le plus grand plaisir des quelques 120 spectateurs présents à la Ferme des Arts, la Cie La Dame de l’aube a présenté son spectacle :
« Un rien nous fait chanter ». Un spectacle de grande qualité. Nous remercions les artistes pour l’ambiance chaleureuse et conviviale de cette soirée.
« Ce petit rien » aura fait grand plaisir aux nombreux spectateurs.

Reflets de Vert mai 2011 

Saison précédente 2011-2012 :

– à Choréam 77000 Melun : Le Dimanche 4 Décembre 2011 à 17h

– à La Cave à Théâtre 92700 Colombes : Le Dimanche 11 Décembre 2011 à 17h 

– au Théâtre du Ranelagh 75016 Paris :

Affiche pour le Ranelagh

Affiche Ranelagh

Le Lundi 6 Février 2012 à 20h

Le Lundi 13 Février à 20h

Le Mardi 21 Février à 20h

Le Mardi 28 Février à 20h

Le Mardi 6 Mars à 20h

Faire jouer ce spectacle en appartement

3 messages dans le livred'OR.

  • Une spectatrice

    Magie à quatre voix, je suis installée, le voyage commence. Ce ne sont plus mes amis en face de moi, ce sont des artistes, voix cristallines, voix mélodieuses qui se jouent entre elles, tout leur corps est investi, le piano résonne et accompagne à merveille. je passe du rire aux larmes et je me laisse emmener transporter. je ne veux pas de fin, je veux juste rester là avec eux…

  • Reflets de Vert

    Un rien les a fait chanter
    Pour le plus grand plaisir des quelques 120 spectateurs présents à la Ferme des Arts, la Cie La Dame de l’aube a présenté son spectacle :
    « Un rien nous fait chanter ». Un spectacle de grande qualité. Nous remercions les artistes pour l’ambiance chaleureuse et conviviale de cette soirée.
    « Ce petit rien » aura fait grand plaisir aux nombreux spectateurs.

  • claudine glikson

    Un grand merci à ces amis très chers qui nous font oublier une fois sur scène qu’ils sont des artistes et … ensuite des amis. Beaucoup d’émotions, de poésie, de tendresse et de rire qui nous enchantent … je ne me lasse pas de les regarder et de les écouter.

répondre à Reflets de Vert [cancel]